Histoire Courte : L’Ombre [Nanofiction spéciale Saint-Valentin]

 

Bonjour à tous et toutes !

En ce jour de Saint-Valentin, je vous propose une nanofiction sur le thème de l’amour non partagé. Oui, j’aurais pu choisir quelque chose d’un peu plus joyeux pour fêter les amoureux, mais étant donné que mon cerveau était en pleine ébullition à propos d’une histoire sur le Diable dans les catacombes de Paris quand j’ai eu l’idée de ce texte, je ne suis pas vraiment étonné de son ton.

Bonne lecture !

______

L’Ombre

Un jour, il tomba amoureux d’une ombre. Croiser sa belle relevait déjà de la croix et de la bannière ; elle que le soleil blessait et que la nuit noyait dans ses ténèbres ne sortait que dans les crépuscules aux couleurs délavées ou les jours couverts ; mais s’entretenir avec elle de ses sentiments exigeait encore de livrer une autre bataille.

Chaque fois qu’il voulait s’en saisir, l’ombre lui glissait des mains, s’effilochait entre ses doigts, puis s’évaporait comme un fantôme, sourde à ses lamentations.
Il ne comprenait pas son obstination à refuser les grâces de l’amour qu’il offrait. Il se persuadait que si elle le repoussait, c’était parce qu’elle était trop sauvage, et qu’en conséquence, il allait devoir la forcer à le confronter s’il voulait donner une chance à leur idylle de naître.

Il conçut un piège pour la coincer, un cube transparent dans lequel, sous un prétexte fallacieux, il l’invita à prendre place.

L’ombre capturée, il l’obligea à prêter l’oreille à ce qu’il éprouvait pour elle.

Mais alors qu’il louait la force de ses sentiments, l’ombre se mit à hurler et à se tordre, et pour finir, s’embrasa. En quelques secondes, il ne resta plus rien d’elle qu’une unique cendre noire comme un minuscule charbon.

Son amour était trop lumineux pour que l’ombre supporte d’y être exposée.
Il la détruisit en voulant l’aimer.

©Chris Bellabas, 14 février 2018

Retrouvez d’autres histoires courtes, pensées et chansons ici 📖