Ma collection de dinosaures Papo, Schleich, Safari, Collecta, Rebor, Bullyland : bienvenue aux nouvelles recrues ! [Partie 4/4]

Et ça continue (encore et encore) ♫

Francis Cabrel, Encore et encore

Vous vous interrogez sans doute sur le rapport pouvant exister entre Francis Cabrel et des dinosaures. Je devine la réponse qui affleure à la conscience des plus mauvais esprits parmi vous. Pour les autres, vous avez compris que je faisais allusion à la nature visiblement infinie de cette série d’articles dédiée à ma collection d’animaux préhistoriques 😁

Si vous ne connaissez pas le reste de ma ménagerie, je vous invite à la découvrir avant de lire le présent article en suivant les liens suivants :

Poursuivons les présentations en commençant, une fois n’est pas coutume, par les carnivores !

🦖 Les carnivores 🍗

Comme toujours, j’ai été gâté en carnassiers. Ça va finir par me coûter cher en pâtée cette histoire, mais qu’est-ce qu’ils sont classes !

Œdipe, tyrannosaurus rex (« Roi des reptiles tyrans ») de Rebor

Un nouveau roi des reptiles tyrans débarque dans mon parc, et quel roi !

Rebor nous offre une nouvelle figurine de qualité avec ce tyrannosaurus rex référencé sous le surnom – tout à fait mérité à mes yeux – de « Roi Rex« . Regardons de plus près cet animal magnifique, parmi les plus massifs de mes tyrannosaures, et vous verrez à quel point il est remarquable de détails.

Je ne sais par où commencer tant je suis sous le charme de cette figurine que j’aurais peut-être dû appeler Apollon, d’ailleurs. Où que se posent mes yeux, ils sont ravis par ce qu’ils voient.

Si la couleur orangée de la livrée de l’animal m’inquiétait avant de le recevoir, elle est en réalité bien moins prononcée que sur les photographies. Par ailleurs, les ombres et les bandes marronâtres qui l’habillent, non sans rappeler le pelage d’un tigre, la font paraître beaucoup plus naturelle que je ne le craignais. C’est donc un premier bon point pour ce spécimen.

Outre cette couleur originale et néanmoins réussie, ce tyrannosaure possède également une certaine prestance. La figurine est normalement livrée avec un rocher sur lequel elle s’appuie, mais je la fais poser ici avec la dépouille d’un tricératops pour voir le rendu et je ne suis pas déçu. Il n’est pas facile de trouver le point d’équilibre parfait du prédateur précisément en raison de la position dans laquelle il a été conçu, mais une fois cela fait, quelle allure il a ! Le T-Rex de Rebor assume sa souveraineté avec son énorme patte griffue posée sur le cou de sa proie tel un guerrier triomphant. J’entends d’ici la respiration lourde et profonde de la bête qui reprend son souffle après la chasse. Si elle regarde devant elle en ouvrant ses larges mâchoires articulées, peut-être est-ce parce qu’elle défend sa proie contre d’autres carnassiers désireux de profiter de sa fatigue pour chaparder un bout de viande. Ou bien peut-être encourage-t-elle ses petits à approcher pour manger ou encore invite-t-elle une femelle à se joindre à son repas pour un tête-à-tête d’un romantisme sanglant. Tout est possible et c’est toujours bon signe quand une figurine enflamme ainsi mon imagination.

Un examen encore plus attentif m’a définitivement conquis. Je suis tombé amoureux de ses yeux étonnement vifs et expressifs pour un objet. J’adorerais le voir s’animer la nuit, même si c’est pour essayer de nous dévorer mes chats et moi. Les détails de sa peau à l’aspect écailleuse, les plis et les ombres à l’emplacement des muscles, les trois doigts griffus de ses membres postérieurs et leur ergot confèrent à cette figurine un aspect travaillé indéniable.

L’unique point que je pourrais lui reprocher – mais c’est vraiment chipoter – serait sa dentition trop régulière pour un animal sauvage. Avec des crocs tels que ceux dont Papo dote ses propres modèles (comme ceux du tyrannosaure de Papo qui m’a inspiré la nouvelle La Mort en face, vous pouvez voir la bête à cette adresse), cette figurine aurait été réellement parfaite. Enfin, si nous n’avons pas là l’Excellence, nous nous en approchons beaucoup et personnellement, cela me va bien quand même 😉

Indochine, Indominus Rex (Roi des reptiles indomptables) de Cikoo (licence Jurassic Park)

Hélas pour Œdipe et les autres dinosaures, le perfide Indominus de Jurassic World débarque sur nos terres ! Heureusement pour mes autres pensionnaires, et malheureusement pour moi, la bestiole est bien moins robuste que prévu.

J’ai longuement tergiversé avant d’intégrer un Indominus Rex à mon parc. En effet, bien que je trouve ce dinosaure plutôt beau dans le film Jurassic World, il s’agit d’une pure invention de cinéma. Une telle créature n’a jamais existé et comme j’attache beaucoup d’importance au réalisme scientifique des figurines, j’ai naturellement hésité avant d’acquérir cet intrus. Finalement la figurine m’a fait de l’œil sur un site marchand et je me suis laissé tenter. Je vous recommande de ne pas faire la même erreur que moi.

Le principal problème de cette figurine, et non des moindres, réside dans son manque de stabilité. Je ne sais pas quel miracle j’ai su la faire tenir debout sans trucage pendant la séance photo, mais c’est bien le seul moment où elle a daigné tenir sur ses deux pattes (enfin sur ses quatre pattes puisque son équilibre médiocre l’a rendue quadrupède alors qu’elle n’a manifestement pas été conçue pour une telle position, sinon les mains de ses membres antérieurs seraient tournées vers le sol.) Dommage, car sans ce défaut, et en obligeant le collectionneur exigeant en moi à ronger son frein, elle aurait pu me paraître acceptable.

Observons la une minute. Sa posture est plutôt classe et tout à fait adaptée au personnage que le film présente comme une machine à tuer. L’animal avance penché, gueule grande ouverte comme un bulldozer préhistorique prêt à tout broyer sur son passage. J’ai oublié de faire une photo mâchoire fermée, mais sa pose prend alors l’allure sournoise du prédateur qui louvoie entre les arbres, le regard rivé sur sa cible.

Par ailleurs, ses proportions me semblent tout à fait convenables et elle ressemble bien à l’original. Son dos présente même la rangée de pics courant sur son cou et le long de sa colonne vertébrale et d’autres excroissances qui dans le film doivent être des pics plus longs, mais qui sur la figurine ressemblent à des poils à cause du plastique souple dont ils sont constitués.

Bref, de loin, cet indominus fait superbement illusion. Mais rapprochez-vous un peu et vous voilà désenchanté. La matière dont il est fait paraît immédiatement d’une moindre qualité en comparaison des dinosaures des autres collections et ses couleurs font passées (surtout sur les griffes et sur la tête). Pour dire vrai, quand je l’ai déballé et eu dans la main pour la première fois, je me suis aussitôt fait la réflexion qu’il ressemblait à un jouet qu’un gamin devenu adulte m’offrait après l’avoir retrouvé dans son grenier alors qu’il est censé être neuf. La matière qui le compose fait vraiment toc, un peu comme les dinosaures vendus en sachet dans les supermarchés.

En conclusion, du cheap même pas fichu de tenir sur ses pattes qui ne vaut pas les treize euros qu’il m’a coûtés et que j’aurais mieux employés dans l’achat d’un Papo, Collecta ou Rebor. Passez votre chemin sans vous laisser tenter !

Seregon, dilophosaurus (« reptile à deux crêtes ») de Papo

Après le désastre du dessus, revenons-en à une valeur sûre en matière de dinosaures : Papo, dont le superbe dilophosaure souffre ironiquement du même défaut que l’Indominus précédent : il manque d’équilibre et devient quadrupède quand il devrait être bipède (mais au moins sait-il tenir tout seul sur ses pattes).

Je n’avais encore jamais vu de figurine de dilophosaure d’une autre marque que Jurassic Park (mais Papo s’inspire grandement de la licence pour ses derniers modèles, à mon plus grand bonheur) et à l’exception de ce défaut d’équilibre que je citais plus haut, je la trouve exceptionnellement réussie.

Dilophosaure selon Jurassic Park (1993) de Spielberg. Source.

Comme tous les carnivores de la marque, celui-ci possède une mâchoire articulée et le détail de sa dentition, très travaillée pour une aussi petite pièce, me ravit. Tout comme les coloris choisis avec un corps vert / bleu et des crêtes présentant un dégradé d’orange et de jaune surmonté d’une touche de noir. Je suis ravi de constater que même si Papo s’inspire pour ses figurines du célèbre univers de Crichton popularisé par Spielberg, il n’en reproduit pas les erreurs scientifiques en évitant d’affubler son dilophosaure d’une collerette dont rien ne prouve qu’elle habillait le cou du véritable animal. De plus, je trouve judicieux le fait d’avoir opté pour des teintes vives pour les crêtes, pouvant ainsi évoquer les couleurs d’un mâle en quête d’une partenaire.

La figurine de Papo serait-elle précisément en train de défier un rival venu lui faire de l’ombre pendant sa parade amoureuse, ou tourne-t-elle autour d’une proie, cherchant une ouverture dans sa défense pour la mordre ?

Encore une fois, la position de la figurine se prête à différents scénarios et c’est du pain béni pour les enfants petits et grands comme pour les collectionneurs•seuses.

Karaba, allosaurus (« lézard différent ») de Papo

Mon dinosaure préféré parmi toutes les espèces connues par les paléontologues à ce jour est de mieux en mieux représenté dans mon parc. Avec ce nouveau pensionnaire et le suivant, ma meute d’allosaurus s’élève désormais à six individus.

Papo nous avait déjà gâté•e•s en nous offrant un premier allosaure dans les teintes vertes. Voilà que la marque reprend le modèle et nous le propose dans un coloris plus vif pour notre plus grand plaisir.

Je ne m’attarde pas davantage sur cette figurine déjà présentée dans le premier article de cette série sur ma collection, et vous laisse la contempler en présence de sa jumelle verte (répondant au prénom de Big-Al en hommage au héros du documentaire éponyme de la BBC). Je délègue à vos goûts personnels le soin de déterminer laquelle mérite le plus la première place sur le podium de Mister/Miss (les figurines ne sont pas genrées mais j’ai pris le parti d’en faire un mâle et une femelle pour le RP) allosaure. Ah, et je vous propose un jeu des différences aussi. Regardez bien ces deux dinosaures, outre la couleur de leur livrée, deux autres détails les distinguent…

Alors, avez-vous relevé les différences ? La première crève les yeux. L’une des excroissances sur le cou de Karaba semble cassée, mais il s’agit vraisemblablement d’un défaut de fabrication car l’excroissance en question reste si solidement attachée à sa base et à sa voisine de derrière qu’il m’a été impossible de la faire bouger d’un poil quand j’ai voulu l’achever pour la retirer. Et si vous avez été particulièrement attentifs•ves, vous avez sans doute également remarqué que certaines excroissances sur la queue de Big-Al cette fois sont elles réellement cassées. Je l’ai un jour fait malencontreusement tomber et ma compagne de l’époque m’a longuement entendu pester sur ma maladresse et la fragilité inattendue de ces détails censés être à l’épreuve des enfants…

Je me console en me disant qu’au moins ces stigmates attestent du statut de chef de meute de Big-Al qui a dû livrer de féroces batailles pour accéder à ce rang.

Akhoris, allosaurus (« lézard différent ») de Planète des Animaux

Le dernier allosaure à rejoindre la bande est bien plus petit que ses cousins de Papo et nous vient d’une marque que je découvre avec lui : Planète des Animaux.

Cela reste à vérifier, mais d’après ce que j’ai pu en voir sur la toile, les figurines de Planète des Animaux me semblent de qualité très inégale. Cet allosaure me paraît l’une des plus réussies, et pourtant il me laisse mitigé.

En faisant abstraction de ses énormes pieds que je trouve disproportionnés par rapport à son corps, l’allure générale et la pose de l’animal me plaisent beaucoup. L’espèce à laquelle il appartient est immédiatement identifiable car le modèle respecte la nouvelle conception que nous nous faisons d’allosaurus après des décennies d’imagerie vintage.

Cependant, je regrette la mauvaise qualité de la matière de la figurine et/ou de sa peinture. Ce jouet est neuf mais il a l’air encore plus vieux que certaines de mes figurines les plus âgées. Même l’allosaure que j’avais perdu enfant dans le jardin de mes grands parents et qui a séjourné plus de dix ans sous terre est dans un bien meilleur état de conservation alors qu’il s’agit d’une figurine de supermarché. S’il est déjà dans cet état après seulement quelques mois, je redoute son évolution dans les prochaines années.

Mon autre regret, mais négligeable en comparaison, réside dans le fait que sa mâchoire ne soit pas articulée. Mais au regard des autres défauts,

Voici quelques clichés faisant paraître Ahkoris aux côtés du couple dominant de la meute. À côté de Big-Al et de Karaba, Akhoris ressemble à un animal juvénile, mais ce n’est pas moi qui vais m’en plaindre. Il faut bien que la population du parc se renouvèle 😉

Gimli, daspletosaurus (« lézard effrayant ») de Collecta

Jamais un dinosaure de ma collection n’aura aussi mal porté la signification latine de son nom. Je ne sais ce que vous en pensez, mais je trouve que ce bébé (du moins je suppose que ça en est un vu ses mignonnes petites quenottes) dasplétosaurus n’a rien d’effrayant, et cela n’a rien à voir avec son jeune âge.

Je ne suis pas certain que les photographies ci-dessus rendent les défauts que je lui reproche flagrants, mais je trouve sa tête trop souriante (si si, regardez bien la commissure de ses lèvres, il sourit clairement pour la photo) pour susciter la peur, et surtout affreusement disproportionnée par rapport au reste de son corps. Peut-être aurait-ce été moins choquant si la coloration de son mufle et de ses mâchoires avait été moins vive, plus en harmonie avec le reste.

Dommage, car sinon je trouve l’idée d’un bébé dinosaure excellente (les marques commencent à en proposer de plus en plus mais cela reste encore trop rare) et j’apprécie beaucoup la position semi-couchée de l’animal.

🌿 Les herbivores 🦕

L’arrivée en herbivores se raréfie à nouveau, mais j’ai tout de même le plaisir d’accueillir deux nouveaux spécimens.

Dreyfus, platéosaure (« reptile plat ») de Collecta

Le platéosaure est l’un des plus anciens dinosaures découverts, mais reste méconnu du public. Il est vrai qu’il existe des « longs-cous » beaucoup plus impressionnants que lui comme le diplodocus ou le brachiosaure pour ne citer que les plus célèbres, mais pour que ces titanesques sauropodes puissent un jour exister, il a sans doute fallu que platéosaure les précède dans l’histoire de l’évolution !

J’appréciais déjà de plus en plus la marque Collecta qui propose des figurines globalement de bonne qualité dans des poses originales (comme celle de ce T-Rex penché rugissant), et ce platéosaure ne fait que confirmer ma bonne opinion. Certes, la position bipède pour un plaétosaure n’a rien d’extraordinaire, Safari y avait déjà pensé avec plusieurs années d’avance (preuve en photo ci-dessous), mais la figurine de Collecta se démarque par sa qualité.

L’animal se dresse de toute sa hauteur pour se nourrir sur des branches hautes ou pour intimider un prédateur. De quoi ravir une fois de plus les petits et les grands enfants dans toutes les mises en scène qu’ils imagineront !

Ci-dessous le platéosaure de la marque Collecta avec ses congénères de la marque Schleich (le orange flash) et Safari que j’ai déjà présentés dans l’article inaugurant cette série sur ma collection.

Il va sans dire que la figurine de Collecta remporte de très loin ma préférence pour son réalisme.

Gandalf, pachyrhinosaurus (« lézard au nez épais ») de Papo

Drôle d’animal que le pachyrhinosaurus, un peu le nasique de l’ère des dinosaures. Jusqu’à récemment, il était peu commun de le croiser en figurine et je suis ravi que Papo se soit penché sur son cas car aucune autre marque de ma connaissance ne lui a aussi bien rendu justice !

Notre pachyrhinosaurus n’est pas seulement convaincant de la bosse caractéristique de sa tête jusqu’au bout des griffes, il est comme la majorité des figurines de la marque travaillé jusque dans les détails. Ceux de sa tête – écailles, collerette, bec, cornes et défenses – sont incroyables de réalisme.

Comme d’habitude, j’admire également sa position incroyablement naturelle avec sa tête penchée et ses membres antérieurs fléchis dans une expression défensive (dans le genre « VOUS-NE-PASSEREZ-PAS ! » – vous comprenez maintenant pourquoi je l’ai appelé Gandalf), ou peut-être dans celle d’un animal prêt à détaler. À moins qu’il ne soit simplement en train de tirer sur une plante récalcitrante qui l’oblige à se camper fermement sur le sol pour pouvoir la tirer hors de la terre ?

Plus les années passent, plus j’ai l’impression que le catalogue de Papo s’améliore et j’ai hâte de voir les nouveautés dinosauresques que nous réserve la marque pour ces prochaines années !

Moi quelques années en arrière si j’avais vu Jurassic World au même âge. Source.

Merci pour votre attention. Le temps d’achever la rédaction de cet article, quatre nouveaux pensionnaires m’ont été expédiés. J’hésite donc entre rajouter un nouvel article à cette série ou vous préparer une review vidéo sur ma chaîne Youtube. Faites-moi part de votre préférence si vous en avez une et j’aviserai 😉

Dinosaurement vôtre,

Chris

Découvrez plus d’articles sur les dinosaures en visitant les liens suivants :

– Gameur•se et fan de dinos ? Découvrez le jeu The Isle dans une chronique écrite et une série de vidéos !

– Vous aimez l’univers de Jurassic Park ? J’analyse et compare le roman de Crichton et son adaptation par Spielberg dans une série d’articles.

– Si la lecture d’œuvres de fiction vous plaît, je vous invite à lire ma nouvelle La Mort en Face qui met les dinosaures et les paléontologues en vedette sur le thème de la vocation.

4 commentaires sur “Ma collection de dinosaures Papo, Schleich, Safari, Collecta, Rebor, Bullyland : bienvenue aux nouvelles recrues ! [Partie 4/4]

Ajouter un commentaire

  1. C’est une très belle collection mais quel dommage tous ces défauts ! Je suis extrêmement atterrée par la qualité de plus en plus médiocre des produits proposés. Et cela ne concerne pas que les figurines !
    Je trouve cela irrespectueux.
    J’espère que les nouveaux arrivants seront être plus charmants 🙂 .

    Aimé par 1 personne

Répondre à Symphonie Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :