Chanson : Présences

© Source Image à la Une : The Shadow of Development

Présences

Malgré toutes les frontières qui nous séparent
Des milliers d’espaces temps,
De dimensions,
De lignes noires,
Je sens vos cœurs qui palpitent,
Vos esprits vivants, frémissants, qui cogitent.

Je vous vois dans l’obscurité inquiétante des rues,
Tapis sous les porches des maisons,
Debout dans les lumières crues,
Fantômes d’encre en quête d’incarnation
Qui attendez de moi l’inspiration.
Vous guettez,
Toujours à l’affût,
Prêts à vous jeter dans la moindre brèche
Ouverte par mon imagination.

De vivre, vous avez soif.
Par mes yeux, vous observez le monde,
Nos souffles se confondent,
Nos voix sortent des mêmes lèvres,
Et dans mon esprit, nos pensées se mêlent.

Nous sommes indissociables
Les différentes parties d’un seul Tout.
Vous caressez les mêmes corps que moi,
Et dévorez les lèvres que j’embrasse.

Chers fantômes d’encre et de papier,
Soyez sûrs d’une chose,
Nous resterons unis pour toujours
Dans l’amour et l’hémoglobine,
Dans le récit des bonheurs d’exister,
Et des souffrances de vivre.

À vous qui m’aidez à porter un autre regard sur l’humanité,
Je n’aime rien tant que parler,
Faire le récit de vos aventures,
Chercher à vous comprendre,
Comme vous me comprenez.
Vos existences,
Colorées, sauvages ou torturées,
En disent plus long sur moi
Que toutes ces années.

Fantômes d’encre et de papier,
Merci d’exister.
Jamais seul, grâce à vous,
Jamais d’ennui, grâce à vous,
Toujours aimé, grâce à vous.

Vous mourrez avec moi,
Et j’en suis désolé,
Mais dans le cercueil qui nous mettra en terre,
Nous continuerons à chanter
Le mal de vivre, le mal d’aimer,
Le bonheur de lier amitié
Ou celui d’assassiner.

Mais, pour le moment,
Vivez !
De vous lâcher sur le monde,
Je prends la responsabilité.
Dansez, riez, aimez,
Tuez si cela vous chante !
Je n’ai d’yeux que pour vous
Et par mes yeux, vous regardez.

©Chris Bellabas, 31/12/2017

 

🖋  Retrouvez toute mon actualité sur Facebook et Twitter